Le séchage au soleil

 

Un savoir-faire ancestral

Monsieur Jean Heitz est arrivé du Jura en 1953, il a commencé à travailler avec Monsieur et Madame Gallon ; ensemble ils ont visité tous les magasins de diététique pour leur apprendre ce qu’était l’argile verte.

A cette époque, Monsieur Heitz étendait l’argile à la pelle sur une aire de séchage, c’est avec une brouette qu’il rentrait l’argile séchée au soleil. Pour lui, pas de vacances, pas de dimanche, l’argile était étendue chaque jour pour le stock d’hiver.

La moindre giboulée était une catastrophe, il fallait faire vite pour pelleter l’argile même si elle était à moitié sèche. Lorsque l’argile était mouillée, il ne pouvait qu’attendre qu’elle sèche à nouveau, l’aire de séchage étant devenue une vraie patinoire.

Une technique modernisée

Aujourd’hui l’argile a pris un essor considérable, le travail a évolué, la technique artisanale est plus élaborée. On épand l’argile sur des dalles de 2500m2, l’argile sèche au soleil naturellement, ensuite elle est ramassée, stockée dans des hangars à l’abri des intempéries.

Argiletz a toujours séché son argile au soleil, le four est à bannir pour cette terre. Les fours cuisent l’argile, « elle est frite » même dans un four où la température atteint 40°c, cette chaleur détériore les molécules de l’argile, elle ne pourra plus avoir les mêmes propriétés absorption.

Attention tout de même

Le lavage de la terre d’argile supprime une quantité de sels minéraux et ne sert en fait qu’à qu’à ôter le sable que certaines argiles contiennent.

Vous ne devez jamais utiliser une argile ramassée et ne devez en aucun cas vous servir d’une argile achetée chez un potier (pour vos traitements thérapeutiques). A l’absorption, vous risquez d’aller au devant de graves problèmes.

Vous trouverez une argile répondant aux normes et à vos besoins dans tous les magasins de diététique ou en pharmacie. Elle vous donnera entière satisfaction.